Plus on est de fous, plus on rit. (proverbe)

On se sent moins seuls !

 Bienvenue au club ! 
Ce n'est pas à proprement parler une consolation, mais il est parfois réconfortant de voir que l'on n'est pas les seuls à se prendre des baffes ! Ne serait-ce que pour nous rassurer sur notre état mental. C'est qu'à force d'entendre toujours la même litanie, on finirait par avoir quelques sporadiques moments de doute.
Donc, en flânant sur le web, je suis tombé sur le site d'un paléontologue amateur. Vous savez, un de ces farfelus qui se promènent dans les champs, les collines ou la montagne les yeux baissés et qui s'accroupissent parfois pour ramasser un vulgaire caillou ! C'est là un vrai site de passionné, plein d'informations et de photos comme seuls les amateurs peuvent en faire et que je vous invite à visiter.
Tout allait bien jusqu'à ce que je découvre que ces gars-là aussi se font régulièrement traiter de pilleurs à cause du ramassage desdits cailloux, minéraux ou fossiles que certains esprits bien pensants voudraient bien faire interdire. Messieurs les géologues/paléontologues amateurs, nous pouvons vous dire "Bienvenue au Club" !!!
Exaspéré de voir les amateurs traités par dessus la jambe, l'auteur du site a rédigé un article de 73 pages intitulé "Les Amateurs et la Paléontologie - Qui sont les véritables protecteurs des fossiles et minéraux ?". C'est un document tout à fait édifiant dont je vous conseille la lecture en cliquant sur le lien qui suit. En attendant, je vous en livre, ci-dessous, quelques morceaux choisis.
Quand vous aurez terminé votre lecture, essayez donc de relire ce texte en substituant mentalement les mots "archéologie" et "archéologiques" aux mots "géologie" et "géologiques". Je suis sûr que ça va vous rappeler quelque chose...

 Le document complet 

 Morceaux choisis 
"Cet article [...], est particulièrement destiné aux conservateurs de collections, universitaires, et chercheurs en géologie qui doivent se rendre compte que depuis des siècles une grande partie de leur matériel d'étude leur a été fourni par des amateurs, que cela continue et continuera encore, et qu'ils ont TOUT A GAGNER à favoriser une collaboration intelligence avec ces derniers.
Si nous sommes tous concernés par la protection du Patrimoine géologique, et d'accord avec le fait que les témoignages d'un passé révolu doivent être préservés, les moyens envisageables pour ce faire sont nombreux et c'est là que les opinions divergent. Il est à la fois logique et indispensable de prendre celle qui est à la fois la plus réaliste, économique et réalisable. Il vaut mieux choisir une alternative viable que d'épiloguer sans résultats pendant des décennies sur une utopie... Ou plus regrettable encore, choisir un "remède" (par exemple en interdisant tout) qui serait cent fois pire que le mal que l'on essaye de traiter ! Les exemples attristants de l'Italie, et plus récemment de l'Espagne, montrent sans ambages que la prohibition totale n'est PAS UNE SOLUTION !!!
Si personne ne se donne la peine de prendre la défense des amateurs, une infime minorité d'intégristes protectionnistes aura tôt fait d'interdire toute récolte d'objets géologiques (et, partant, toute sauvegarde) et TOUS nous pourrons seulement assister, impuissants au massacre de millions de spécimens de minéraux et de fossiles par érosion naturelle ou suite aux activités humaines hautement destructrices de notre environnement..."
[...]
"L'on peut d'ailleurs constater que l'exclusion des amateurs se fait de manière progressive. En effet, jusqu'à la deuxième guerre mondiale, les sociétés savantes sur le territoire français, étaient ouvertes à tous, scientifiques ou non. Nous assistons depuis à une sectarisation de ces institutions en groupes fermés d'universitaires, avec en corollaire la radicalisation de certains de ces mêmes universitaires qui deviennent protectionnistes envers les sites à seule fin de tenter de défendre leurs prérogatives et leur gagne-pain."
[...]
"Autre corollaire, les amateurs exclus sont marginalisés et n'ont plus accès aux informations scientifiques de source universitaire auxquels ils pourraient logiquement prétendre, comme les publications de ces associations, les dernières découvertes en matière de fossiles et de sites, des planches de déterminations photographiques. Ce qui constitue bien évidemment du pain béni pour les extrémistes et leur permet in fine d'argumenter, souvent à tort, de la méconnaissance de la géologie par ces mêmes amateurs !
Si l'on ne fait rien de concret, cette attitude ne devrait pas s'arranger dans le futur, étant donné les budgets "Sciences de la Terre" sans cesse rabotés, la réduction incessante des effectifs de scientifiques en Sciences de la Terre, cela va entraîner que les "scientifiques survivants", en fonction du principe darwinien bien connu, vont être tentés de lutter de plus en plus violemment pour leur survie et concentreront toute leur rancœur voire même leur hargne sur les amateurs qui "occupent" une partie de leur "niche écologique" !"
[...]
"Récemment de plus en plus de voix s'élèvent à l'encontre des amateurs, certains musées ou associations loi 1901 plus politisées que scientifiques essayent par tous les moyens, dont certains pas très légaux ni très moraux (diffamation dans la presse, faux témoignages en justice, et j'en passe...), de discréditer les amateurs paléontologues ou minéralogistes, certains colloques sur la "Protection du Patrimoine géologique" sont organisés par une poignée d'idéologues, beau parleurs au réel bilan bien maigre, dans le but sournois d'endoctriner les véritables chercheurs à haïr les amateurs et d'essayer à terme d'exclure ces derniers de tous les sites, des groupuscules intégristes de plus en plus nombreux voudraient interdire toute collecte de spécimens même par des chercheurs professionnels (quelle belle hérésie !) et une minorité d'extrémistes protectionnistes voudraient transformer " la France en une "réserve géologique intégrale".
[...]
Ces amateurs, de plus en plus souvent traités lors de ces "colloques" de "pilleurs" et de "prédateurs", qui ont pourtant à la fin de leur vie généralement légué leurs collections uniques à des musées publics ou des facultés, certains de ces derniers les laissant froidement dormir dans des caves sans profit pour personne ! Quand ces collections ne finissent pas tout simplement au conteneur par manque de place, de moyens financiers ou de personnel "motivé" !"
[...]
Ce ne sera QUE grâce à la collaboration de quelques milliers d'amateurs bénévoles, que les scientifiques pourront avoir une petite chance de sauvegarder quelques-uns des millions d'objets géologiques qui, sinon, retourneront au néant au vu de l'érosion naturelle ou artificielle due aux hommes ! Il convient néanmoins d'éduquer les amateurs (et c'est là que les associations d'amateurs jouent un rôle prépondérant !) en leur donnant les "bases du métier", c'est la seule et unique manière de les transformer en milliers de récolteurs qui en définitive serviront bien mieux la Science géologique que ne pourront jamais le faire quelques "Ayatollahs de la protectionnite aiguë", totalement déconnectés des réalités du terrain et drapés dans leur propre oisiveté au sommet de leur tour d'ivoire !!!"
[...]

 Un exemple ? 
Affaire du club de Belfort :

Début des années 90. L'association minéralogique de Belfort, adhérente à l'A.A.M.P.E.F, Association des Amateurs de Minéralogie et de Paléontologie de l'Est de la France, prépare 2 mallettes pédagogiques contenant 8 cases avec 8 minéraux et 8 fossiles de la région, avec pour chaque minéral ou chaque fossile une notice explicative, propriétés chimiques, physiques et utilisation pour chaque minéral et toutes les caractéristiques de chaque fossile. Les valises furent remises officiellement à un conseiller pédagogique de l'académie, en présence de la presse. Suite à l'article paru dans les journaux locaux, une plainte fût déposée par la C.P.E.P.E.S.C, Commission permanente d'étude et de protection des eaux souterraines et des cavernes, qui a son siège à Besançon, et comme le nom ne l'indique pas, n'est qu'une association régie par la loi de 1901.

Motif de la plainte: sous couvert de valises pédagogiques, l'association de Belfort continue de piller les anciennes mines et encourage celui-ci. Toujours et encore le pillage.

Affaire classée sans suite.

Mention légale : 
Article L.542-1 du Code du patrimoine : « Nul ne peut utiliser du matériel permettant la détection d’objets métalliques, à l’effet de recherches de monuments et d’objets pouvant intéresser la préhistoire, l’histoire, l’art ou l’archéologie, sans avoir, au préalable, obtenu une autorisation administrative délivrée en fonction de la qualification du demandeur ainsi que de la nature et des modalités de la recherche. »